Nouvelle Lune, guilde protectrice d'Astrub (On a des gaufres !)


 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nilianne son histoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nilianne



Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Nilianne son histoire.   Ven 23 Mar - 0:44

Dans une foret d'Amakna régnait un étrange silence.
Pas une feuille ne volait. Pas un buisson de bougeait.
Il faisait nuit, la faible lumière de la Lune peinait à éclairer le sol recouvert d'un manteau blanc de neige.
Un calme terrible semblait habiter les lieux. Tout était désespérément immobile, comme figée dans le temps. Une tristesse infinie habitait les lieu. Cette tristesse que l'on regarde en face, qui vous vide le ventre et vous transporte en arrière, vers des souvenir à jamais perdu.
C'est avec cette étrange impression que les deux silhouettes se relevèrent. Un homme et une femme.
L'homme, grand et musclé avait de longs cheveux d'un noir de jais qui tombaient en cascade sur ses larges épaules, et malgré le froid mordant il ne portait qu'une chemise à manches courtes, un pantalon de toile grise et de lourdes bottes en cuir.
Une épée battait son flan gauche dans son foureau de métal, attachée à la ceinture. Et ses mains étaient protégées par des gants en cuir.
Son visage était sévère. Le nez franc, des yeux bleu clairs balayant constamment le paysage enneigé prêts à déceler la moindre anomalie.
Un petit nuage de buée s'échappa de ses lèvres :
- Remettons nous en route, IL a perdu notre trace. Mieux vaut mettre de la distance entre nous et LUI.
Il avait dit ça, d'un ton résigné, de celui qui sait qu'il doit combattre. Sa langue était sèche contre son palais, sa gorge l'irritait.
La femme à ses cotés se releva en prenant appui sur le gros rocher où elle était assise.
Elle rejeta en arrière sa natte de cheveux roux. Belle et élégante, presque aussi grande que l'homme, elle arborait une demie-tête de moins que lui, ses courbes harmonieuses apparaissaient sous le lourd manteau en laine de bouftou qui lui descendait jusqu’aux genoux. Ses pieds étaient enveloppés d'épaisses couvertures maintenues par des cordes.
Son visage à la peau lisse était figé dans une expression apeurée. Ses yeux marrons semblaient scintiller dans le noir. Plus profond qu'un lac, plus brillants que les opales.
Elle tenait fermement dans ses bras une forme emmaillotée de linges remuant doucement.
Sans un mot ni un soupir ils se remirent en route.
La neige dure crissait sous les pas pressés, ils avancèrent au milieu des arbres, ces dernières semblaient tendre vers eux leurs bras crochu presser de les happer dans leurs nœud. Déjà de nouveaux flocons tombaient d'un ciel noir d’encre, recouvrant peu à peu les empreintes laisser par le couple, les étoiles apparaissant peu à peu venant illuminer par millier les cieux.
Nilianne leva son regard vers le firmament, se sentait pour quelques instants, au moins apaisée. Alors elle sera plus fort son enfant dans ses bras.
Car ni elle ni Brett Heur n'avaient vue l'ombre noire les épiant, plus loin, tapie dans l'obscurité des branches.
Soudain un reflet à la périphérie de son champ de vision, sur sa droite l’avertit, suivi d’un sifflement létal.
En un éclair Brett sortit de sa main droite son épée du fourreau et il fendit l’espace tendit que la gauche ramenait la jeune femme derrière lui, à l’abri.
La lame rencontra la pointe de la flèche la faisant littéralement voler en milles éclats dans une pluie d'étincelles.
Brett leva la main d’un geste dédaigneux, se protégeant ainsi des mortels éclats.
L’action avait durée moins d’une poignée de secondes les ramenant à la dure brutalité de leur situation.
Il sera plus fort le bras de sa femme, si fort qu’elle en poussa un cri.
Concentré au maximum, il entendait les tremblements de Nilianne, une brise vint lui caresser le visage, il entendait battre à ses oreilles son cœur, sa respiration était saccadée laissant flotter d’éphémères nuées de buées.
La silhouette sortie du couvert des bois, et elle avait bondit !

Nilianne se réveilla en sursaut, tremblante, ses draps plein de sueurs, elle venait une fois de plus de refaire ce rêve.
Elle se leva, prit le temps de s’accouder à la fenêtre et regarda la pluie tomber dehors.
Ce rêve qui la hantait. Elle l’avait fait un nombre incalculables de fois, sans jamais réussir à en saisir tout les détails.
Ce souvenir pourtant perdu ne lui laissant qu'une impression de saveur oubliée.
Le savoir peut engendrer les pires tourments.
Les tourments engendrent la folie destructrice.
Destructrice pour détruire le monde, la vie, les espoirs.
Dire qu'elle avait faillit oublier. Elle avait laissé ce souvenir derrière elle, mais il avait resurgit, comme une vielle douleur vous reprend parfois.
Nilianne se cramponna plus fortement au rebord de la fenêtre, ses jointures virèrent au blanc, elle avait mal.
Dehors la pluie entamait inexorablement sa chute lente et rassurante.
Mal.
La douleur comme une ancre la raccrocha à la réalité.
Et dehors la pluie continuait de tomber, imperturbable, pleine de la sagesse millénaire qu'elle accumulait comme les gouttelettes qui ruisselaient sur le carreau de sa vitre, emportant les poussières comme les souvenirs.
- Plic, plic faisaient les goutes d'eau.
Nilianne eut un instant de malaise, son monde bascula, et elle replongea.
Elle revint, dix ans en arrière.
Dix ans qui lui avait parus dix siècles. Ou dix jours ?
Maintenant les souvenirs étaient si nets que c'était dix heures.
Oui, ces souvenirs se perdaient dans la pluie comme les larmes innombrables qu'elle avait versées.
...
Elle se réveilla dans une salle, une salle ?
Non, la lumière lui crevait les paupières, Nilianne ouvrit les yeux, elle se trouvait sur au milieu d'un lac de feu, de la lave l'entourait.
Sous ses mains, elle sentait le contact tiède de dalles, le contact dur et désagréable.
Elle se trouvait sur un avancement de dalles au milieu de la lave. Elle tourna la tête et regarda les alentours. Elle était au bout de l'avancement, derrière elle, de chaque cotés du chemin se dressaient des statues encapuchonnées, tenant poignards ou dagues dans leurs mains.
Puis un mouvement là bas :
Une vielle dame, le dos bossu, voutée, ployant sous un poids invisible s’avançait vers elle.
Maintenant elle se trouvait à cinq mètre, Nilianne pouvait voir ses yeux laiteux, ses cheveux blanc et emmêlés. Sa peau grise et parcheminée. Un sourire cruel s'étira sur sa bouche, laissant apparaitre des crocs jaunâtres.
Elle sorti de sous ses loques une vielle fiole dont elle fit sauter le bouchon. Puis elle approcha le flacon du visage de la jeune disciple de Féca.
Nilianne sentit aussitôt une étrange transe l'envahir.
Il y avait désormais deux sorcières qui la regardaient droit dans les yeux.
Nilianne riva son regard dans les leurs et ce qu'elle y vit marqua son âme au fer rouge.

Au fond de leurs orbites blanc, si blanc, comme de la neige, deux silhouettes marchaient dans la neige...
Arriva un moment ou un individu sortit du couvert des bois.
Il était petit, étonnement petit. D’environ un mètre soixante , vêtue d’une longue cape grise trainant au sol. De son dos, une paires d’ailes ternes sortait, la membrane trouée et déchirait, elle semblait si vielle. Son visage semblait être étouffé sous l’ombre de son capuchon.
La poignée d’un sabre qu’il portait entre ces ailes dépassait, elle était si usée que ça en était effrayant.
Sa préséance semblait écraser tout le reste, imposant sa réalité à la nuit.
Il ouvrit les mains et bondit..
Un chuintement métallique. Il avait dégainée son arme.
Son épée étincela au claire de lune. Avide de répandre la mort.
Brett et la silhouette arrivèrent au contact. Leurs épées respectives accomplissaient de fulgurants arcs de cercles que Nilianne ne pouvait suivre, formant un véritable bouclier de métal autour de chacun d'eux. Leurs bras flou, le bruit de l'acier, les étincelles volant dans tout les sens. Et Nilianne ne pouvait que contempler impuissante le déluge métallique.
Epuisés, ils se séparaires le temps d’une trêve…pour mieux revenir à la charge.
Les deux combattant se tournaient autours, chacun essayant de briser la garde de l'autre. Et le disciple de Iop avait de plus en plus de mal à ne pas glisser sur la neige.
Le bruit incessant des armes se prolongeait un temps qui sembla durée une éternité à Nilianne.
Soudain, tendit que Brett Heur s'apprêtait à lancer un cout d'estoc, son adversaire plongea, effectua une roulade et détendit son bras armé.
Nilianne vit très clairement la lame ensanglantée dépasser du dos de son mari.
Brett tomba à genou, pressant ses mains sur ça poitrine tenant vainement de contenir le flux de sang qui tachait, déjà, ses vêtement.
Alors il prononça un mot, un nom, dans un soupir :
-Averruncus.
Ses mains furent couvertes de sang en un instant. Il s’effondra, tête la première, au milieu d’une flaque pourpre de plus en plus grande.
L’homme se pencha sur le mourant, durant le combat sa capuche était tombé, révélant à la lueur de la nuit son véritable vissage.
La peau balafre, il avait un visage qui aurait put être beau, mais une fureur animal avait investie ces traits, les déformant dans une rage perpétuel, ses cheveux d’un bleu électrique semblaient crépiter dans l’obscurité.
Il retourna Brett du bout de ça botte, et retira d’un geste sec son épée qu’il essuya avec ça cape, elle laissa une ligne, une ligne parallèle aux autres déjà présente, une ligne parallèle à une centaine d’autre !;
Brett resta immobile, il était mort. Mort.
Ces yeux sans vie regardaient les cieux.
Nilianne était étendue, terrassé, incapable de bouger, penser. Juste de contempler la scène morbide dont elle était un acteur.
Alors que l’homme levait le bras pour remettre son épée au fourreau, Nilianne vit nettement, son bras découvert, couvert d’un poils dru, qui se résorbait.
Alors Averruncus tourna enfin son visage vers Nilianne.
Une lueur rouge était tapie, au fond de son regard, sauvage et meurtrière.
Il avança tranquillement, son pas assuré dégageait une telle puissance.
...
Nilianne par terre dans sa chambre avait les yeux secs, si secs. Toutes larmes avait quittée son corps.
Et cette nuit comme beaucoup d’autres elle retourna se coucher.
Ses draps avait refroidit, elle se rendormit d’un sommeil sans rêve, le lendemain elle aura déjà oubliée.

Dans un sous-sol Brakmarien, une vielle sorcière et un Eniripsa au visage encapuchonné discutaient, à leurs pieds gisait une jeune disciple de Féca.

Dans Astrub une jeune Féca avançait dans les rues, d’un pas pressé et assuré. Dans son sillage flottait ça caps noire avec un colle en laine de boufton, elle fendait l’air avec conviction, la conviction de la richesse nouvelle, pour une fois que Nilianne pouvait se payer une cape qui était à son gout.
Ça tête était couvert par une chapeau blanc avec une bande noir, incliné légèrement dans un effet calculé.
Elle savait ce qu’elle avait à faire.

Nilianne déposa son parchemin sur une pille plus qu’impressionnante. Mais il en fallait plus pour la décourager.
Sur celui si était écrit :
Bonjour,
Je me nomme Nilianne, je suis une humble disciple de la déesse Féca.
Au moment où ce parchemin est entre vos mains, mon cercle est sûrement de 91.
Si aujourd’hui je veux vous rejoindre ce n’est pas une idée nouvelle pour moi, ayant déjà postulé par le passé.
Et mes motivations n’ont pas changées, actuellement je cherche une guilde à laquelle j’espère apporter, et si il faut croire en Astrub, pourquoi pas ? Si il faut la défendre alors ma vie lui appartient.

(Je suis disponible tout les samedis et les dimanche et les nuits où j’arrive à piquer le pc. Mais je ne puis pas donner d’horaires à 100% sûr.
IRL Je suis un lycéen de 16 ans vivant au Mans demandant humblement à rejoindre la guilde Nouvelle Lune. Et pour le titre, j'ai vraiment rien trouvé Sad )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoran
Éclaireur


Messages : 119
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 22
Localisation : Arbre Hackam

Rôle et vie en guilde
Prénoms et nom: Welan Rno'tsamer
Cercle de puissance : 169
Spécialité :

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Ven 23 Mar - 5:06

Bonjour chère Nilianne.

C'est une bien longue histoire que tu nous as conté là.
Personnellement, je trouve que l’histoire est intéressante mais ou est là candidature ? A part tes 3 dernières lignes je ne vois nul part une candidature. Tu nous racontes tes rêves sur ce " Breth " mais c'est tout.. Il y a des capacités dans ce récit, on le voit que tu pourrais nous faire quelque chose de très intéressant. Mais ce n'est, pour moi, pas une candidature. Il y a pas mal de choses à changer.

Comme par exemple, tu pourrais peut être nous parler de toi plutôt que de ce breh, bien que si j'ai tout comprit c'était quelqu'un d'important à tes yeux, ce n'est pas lui qui veut nous rejoindre. Et il y a également plusieurs éléments au niveau de ton " style " d'écriture qui rendent la lecture de ton texte difficile.

De plus tu ne parles pas de nous, comment nous as-tu connu ? Je ne vois également aucune motivation. Tu dis vouloir apporter à la guilde, et que si jamais il le faut tu nous aiderais à défendre la cité. Pour moi les motivations c'est ce qui te donne envie de nous rejoindre pas ce que tu pourrais y faire si jamais tu viens dans nos rangs !

Après il me manque peut être des éléments, car comme tu le dis c'est pas ta première candidature. Mais pour moi je donne mon avis sur cette candidature sans prendre en compte une autre précédente.

Donc voilà pour moi, tel quel ce n'est pas une candidature, essaye donc de nous refaire ça sous forme d'une candidature avec les éléments que j'ai cité ! Bon courage, tu as du potentielle ça ce sent dans ton écriture, mais il en faut plus !


[Hrp]

Je vais essayer d'être plus précis sur certains points pour t'aider déjà au sujet de l'écriture elle même, tu fais des phrases bien trop complexe ! Si tu les prends comme ça, juste cette phrase sans le texte à coter, la phrase est jolie, mais avec le texte elle devient très lourde, et donc très difficile à lire. Je te conseil de faire des phrases beaucoup plus simple !

Après ton texte, on dirait un pavé. Il faudrait que tu aères mieux ce texte, fait des paragraphes ! Après tu fais aussi des retours à la ligne on se demande ce qu'ils font là comme là par exemple :

Ce souvenir pourtant perdu ne lui laissant qu'une impression de saveur oubliée.
Le savoir peut engendrer les pires tourments.
Les tourments engendrent la folie destructrice.
Destructrice pour détruire le monde, la vie, les espoirs.

Pourquoi revenir à la ligne à chaque fin de phrase ? Sauf en poésie, et encore, ça ne se fait pas un retour à la ligne c'est un peut comme si t'avais finit de parler de ce que tu disais juste avant.

Je ne suis pas un fan des couleurs, mais au moins deux couleurs dans un texte peut permettre de mieux le comprendre, là par exemple il aurait fallut une couleur quand tu rêves, une autres quand tu es réveillé, c'était vraiment compliqué à comprendre là.

Voilà c'est tout ce que j'ai à dire. Refait nous ça, avec un texte qui parle de toi, un texte qui montre que c'est une candidature, pas un récit, tu dois te présenter dans ce texte !

[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nilianne



Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 17:09

Enfaite je viens de changer de nom alors je vais voir se qu'y vas ce passer. Je crée une nouvelle candidature ?
Et sinon vous pressez pas pour voir ma candidature, qu'une réponse là !
Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoran
Éclaireur


Messages : 119
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 22
Localisation : Arbre Hackam

Rôle et vie en guilde
Prénoms et nom: Welan Rno'tsamer
Cercle de puissance : 169
Spécialité :

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 18:30

Qu'une réponse en effet mais pourtant tu n'as rien modifié, tu n'as même pas réagit par un commentaire à ce que je t'ai dit..


[Hrp] Sinon je pense que si tu as changé de pseudo, tu auras juste à éditer ta candidature, par contre un autre conseil t'es sur un forum Rp dans une section Rp si tu hrp il faut qu'il soit signalé par des balises [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nilianne



Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 18:34

(Si, mais je vais pas poster sans réfléchir.
Et comme je l'ai dis je viens d’opter pour le nom de Magrim, et je ne sais si je dois faire un nouveau RP/candidature.
Et pour t'expliquer quand j'aurais revue ma candidature, je vais bien sur aérer. Mais l’endroit où tu t'es demandé pourquoi j'ai sauté des lignes, ces un procédés pour donner un effet de narration, une peu comme dans les poèmes oui ^^.)


Dernière édition par Nilianne le Sam 24 Mar - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dedzo
Mentor Dumahs'Âcre
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 13/10/2011
Localisation : A la Taverne.

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 18:40

Citation :
Et sinon vous pressez pas pour voir ma candidature, qu'une réponse là !

Je n'apprécie que moyennement,
sache que la patience est Mère de toute vertu d'autant plus dans nos murs. Arme toi donc de patience, jeune candidat.



Je t'invite à prendre connaissance de la Constitution de Crise Lunaire.

Citation :
par contre un autre conseil t'es sur un forum Rp dans une section
Rp si tu hrp il faut qu'il soit signalé par des balises

Je t'invite aussi à prendre connaissance des remarques qui te sont faites.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nilianne



Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 18:58

[Ce que je comprend surtout pas c'est je dois faire une lettre pas un rp ? Aussi mes phrases compliquées, que je ne comprend pas trop ? Les couleurs je vais en mettre mais si je dois supprimer se Rp car il faut faire une lettre je ne vais pas en mettre.
Et pour les raisons/motivations, j'ai un problèmes, je n'en ai aucunes, je ne suis pas du genre à agir avec des motivations, si je veux faire un truc, je le fais, ( j'en ai je suis un être humain comme même).
Et j'aimerais savoir avant de m'engager plus en avant quel problèmes à NL en se moment ( un membre m'a dit qu'elle avait des problèmes) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nilianne



Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 19:02

Nilianne a écrit:
[Ce que je comprend surtout pas c'est je dois faire une lettre pas un rp ? Aussi mes phrases compliquées, que je ne comprend pas trop ? Les couleurs je vais en mettre mais si je dois supprimer se Rp car il faut faire une lettre je ne vais pas en mettre.
Et pour les raisons/motivations, j'ai un problèmes, je n'en ai aucunes, je ne suis pas du genre à agir avec des motivations, si je veux faire un truc, je le fais, ( j'en ai je suis un être humain comme même).
Et j'aimerais savoir avant de m'engager plus en avant quel problèmes à NL en se moment ( un membre m'a dit qu'elle avait des problèmes)
Et je suis pas jeune !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dedzo
Mentor Dumahs'Âcre
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 13/10/2011
Localisation : A la Taverne.

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 19:12

Vraisemblablement tu ne prends pas en compte les remarques que moi-même et Welan t'avons fait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nilianne



Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 19:13

[ Je suis pas super-man, je vais le faire avant de me déco se soir ou je le f'rais demain. La patience Dedzo, soit patient.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maisys
Gouverneur AnhMouss
avatar

Messages : 249
Date d'inscription : 18/09/2011
Age : 23
Localisation : Au QG de Nouvelle Lune

Rôle et vie en guilde
Prénoms et nom: Maisys Sylvana
Cercle de puissance : 157
Spécialité :

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 19:19

Certes, je t'ai dit que NL avait quelques problèmes en ce moment, mais cela ne te concerne pas. Je t'ai simplement dit que cela affecterait le temps de réponses des membres, tu n'as pas à en savoir plus pour l'instant. Sinon, je t'invite à répondre moins précipitamment aux conseils qui t'ont été fait, et à être moins insolent envers nous, merci.




Maisys, Gouverneur Lunaire.



Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nilianne



Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 19:22

[ Désoler, je règle les couleurs tout de suite, et les espaces même si je sais pas trop où les mettre vue que mon texte est déjà long.
Avec tout me respect.]







de Lamento : Boarf trop d'inactivité des membres et des pétages de cables et solutions trop radicales des dirigeants

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nilianne



Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 19:26

Nilianne a écrit:
Dans une foret d'Amakna régnait un étrange silence.
Pas une feuille ne volait. Pas un buisson de bougeait.
Il faisait nuit, la faible lumière de la Lune peinait à éclairer le sol recouvert d'un manteau blanc de neige.
Un calme terrible semblait habiter les lieux. Tout était désespérément immobile, comme figée dans le temps. Une tristesse infinie habitait les lieu. Cette tristesse que l'on regarde en face, qui vous vide le ventre et vous transporte en arrière, vers des souvenir à jamais perdu.
C'est avec cette étrange impression que les deux silhouettes se relevèrent. Un homme et une femme.
L'homme, grand et musclé avait de longs cheveux d'un noir de jais qui tombaient en cascade sur ses larges épaules, et malgré le froid mordant il ne portait qu'une chemise à manches courtes, un pantalon de toile grise et de lourdes bottes en cuir.
Une épée battait son flan gauche dans son foureau de métal, attachée à la ceinture. Et ses mains étaient protégées par des gants en cuir.
Son visage était sévère. Le nez franc, des yeux bleu clairs balayant constamment le paysage enneigé prêts à déceler la moindre anomalie.
Un petit nuage de buée s'échappa de ses lèvres :
- Remettons nous en route, IL a perdu notre trace. Mieux vaut mettre de la distance entre nous et LUI.
Il avait dit ça, d'un ton résigné, de celui qui sait qu'il doit combattre. Sa langue était sèche contre son palais, sa gorge l'irritait.
La femme à ses cotés se releva en prenant appui sur le gros rocher où elle était assise.
Elle rejeta en arrière sa natte de cheveux roux. Belle et élégante, presque aussi grande que l'homme, elle arborait une demie-tête de moins que lui, ses courbes harmonieuses apparaissaient sous le lourd manteau en laine de bouftou qui lui descendait jusqu’aux genoux. Ses pieds étaient enveloppés d'épaisses couvertures maintenues par des cordes.
Son visage à la peau lisse était figé dans une expression apeurée. Ses yeux marrons semblaient scintiller dans le noir. Plus profond qu'un lac, plus brillants que les opales.
Elle tenait fermement dans ses bras une forme emmaillotée de linges remuant doucement.
Sans un mot ni un soupir ils se remirent en route.
La neige dure crissait sous les pas pressés, ils avancèrent au milieu des arbres, ces dernières semblaient tendre vers eux leurs bras crochu presser de les happer dans leurs nœud. Déjà de nouveaux flocons tombaient d'un ciel noir d’encre, recouvrant peu à peu les empreintes laisser par le couple, les étoiles apparaissant peu à peu venant illuminer par millier les cieux.
Nilianne leva son regard vers le firmament, se sentait pour quelques instants, au moins apaisée. Alors elle sera plus fort son enfant dans ses bras.
Car ni elle ni Brett Heur n'avaient vue l'ombre noire les épiant, plus loin, tapie dans l'obscurité des branches.
Soudain un reflet à la périphérie de son champ de vision, sur sa droite l’avertit, suivi d’un sifflement létal.
En un éclair Brett sortit de sa main droite son épée du fourreau et il fendit l’espace tendit que la gauche ramenait la jeune femme derrière lui, à l’abri.
La lame rencontra la pointe de la flèche la faisant littéralement voler en milles éclats dans une pluie d'étincelles.
Brett leva la main d’un geste dédaigneux, se protégeant ainsi des mortels éclats.
L’action avait durée moins d’une poignée de secondes les ramenant à la dure brutalité de leur situation.
Il sera plus fort le bras de sa femme, si fort qu’elle en poussa un cri.
Concentré au maximum, il entendait les tremblements de Nilianne, une brise vint lui caresser le visage, il entendait battre à ses oreilles son cœur, sa respiration était saccadée laissant flotter d’éphémères nuées de buées.
La silhouette sortie du couvert des bois, et elle avait bondit !


Nilianne se réveilla en sursaut, tremblante, ses draps plein de sueurs, elle venait une fois de plus de refaire ce rêve.
Elle se leva, prit le temps de s’accouder à la fenêtre et regarda la pluie tomber dehors.
Ce rêve qui la hantait. Elle l’avait fait un nombre incalculables de fois, sans jamais réussir à en saisir tout les détails.
Ce souvenir pourtant perdu ne lui laissant qu'une impression de saveur oubliée.
Le savoir peut engendrer les pires tourments.
Les tourments engendrent la folie destructrice.
Destructrice pour détruire le monde, la vie, les espoirs.
Dire qu'elle avait faillit oublier. Elle avait laissé ce souvenir derrière elle, mais il avait resurgit, comme une vielle douleur vous reprend parfois.
Nilianne se cramponna plus fortement au rebord de la fenêtre, ses jointures virèrent au blanc, elle avait mal.
Dehors la pluie entamait inexorablement sa chute lente et rassurante.
Mal.
La douleur comme une ancre la raccrocha à la réalité.
Et dehors la pluie continuait de tomber, imperturbable, pleine de la sagesse millénaire qu'elle accumulait comme les gouttelettes qui ruisselaient sur le carreau de sa vitre, emportant les poussières comme les souvenirs.
- Plic, plic faisaient les goutes d'eau.
Nilianne eut un instant de malaise, son monde bascula, et elle replongea.
Elle revint, dix ans en arrière.
Dix ans qui lui avait parus dix siècles. Ou dix jours ?
Maintenant les souvenirs étaient si nets que c'était dix heures.
Oui, ces souvenirs se perdaient dans la pluie comme les larmes innombrables qu'elle avait versées.
...
Elle se réveilla dans une salle, une salle ?
Non, la lumière lui crevait les paupières, Nilianne ouvrit les yeux, elle se trouvait sur au milieu d'un lac de feu, de la lave l'entourait.
Sous ses mains, elle sentait le contact tiède de dalles, le contact dur et désagréable.
Elle se trouvait sur un avancement de dalles au milieu de la lave. Elle tourna la tête et regarda les alentours. Elle était au bout de l'avancement, derrière elle, de chaque cotés du chemin se dressaient des statues encapuchonnées, tenant poignards ou dagues dans leurs mains.
Puis un mouvement là bas :
Une vielle dame, le dos bossu, voutée, ployant sous un poids invisible s’avançait vers elle.
Maintenant elle se trouvait à cinq mètre, Nilianne pouvait voir ses yeux laiteux, ses cheveux blanc et emmêlés. Sa peau grise et parcheminée. Un sourire cruel s'étira sur sa bouche, laissant apparaitre des crocs jaunâtres.
Elle sorti de sous ses loques une vielle fiole dont elle fit sauter le bouchon. Puis elle approcha le flacon du visage de la jeune disciple de Féca.
Nilianne sentit aussitôt une étrange transe l'envahir.
Il y avait désormais deux sorcières qui la regardaient droit dans les yeux.
Nilianne riva son regard dans les leurs et ce qu'elle y vit marqua son âme au fer rouge.


Au fond de leurs orbites blanc, si blanc, comme de la neige, deux silhouettes marchaient dans la neige...
Arriva un moment ou un individu sortit du couvert des bois.
Il était petit, étonnement petit. D’environ un mètre soixante , vêtue d’une longue cape grise trainant au sol. De son dos, une paires d’ailes ternes sortait, la membrane trouée et déchirait, elle semblait si vielle. Son visage semblait être étouffé sous l’ombre de son capuchon.
La poignée d’un sabre qu’il portait entre ces ailes dépassait, elle était si usée que ça en était effrayant.
Sa préséance semblait écraser tout le reste, imposant sa réalité à la nuit.
Il ouvrit les mains et bondit..
Un chuintement métallique. Il avait dégainée son arme.
Son épée étincela au claire de lune. Avide de répandre la mort.
Brett et la silhouette arrivèrent au contact. Leurs épées respectives accomplissaient de fulgurants arcs de cercles que Nilianne ne pouvait suivre, formant un véritable bouclier de métal autour de chacun d'eux. Leurs bras flou, le bruit de l'acier, les étincelles volant dans tout les sens. Et Nilianne ne pouvait que contempler impuissante le déluge métallique.
Epuisés, ils se séparaires le temps d’une trêve…pour mieux revenir à la charge.
Les deux combattant se tournaient autours, chacun essayant de briser la garde de l'autre. Et le disciple de Iop avait de plus en plus de mal à ne pas glisser sur la neige.
Le bruit incessant des armes se prolongeait un temps qui sembla durée une éternité à Nilianne.
Soudain, tendit que Brett Heur s'apprêtait à lancer un cout d'estoc, son adversaire plongea, effectua une roulade et détendit son bras armé.
Nilianne vit très clairement la lame ensanglantée dépasser du dos de son mari.
Brett tomba à genou, pressant ses mains sur ça poitrine tenant vainement de contenir le flux de sang qui tachait, déjà, ses vêtement.
Alors il prononça un mot, un nom, dans un soupir :
-Averruncus.
Ses mains furent couvertes de sang en un instant. Il s’effondra, tête la première, au milieu d’une flaque pourpre de plus en plus grande.
L’homme se pencha sur le mourant, durant le combat sa capuche était tombé, révélant à la lueur de la nuit son véritable vissage.
La peau balafre, il avait un visage qui aurait put être beau, mais une fureur animal avait investie ces traits, les déformant dans une rage perpétuel, ses cheveux d’un bleu électrique semblaient crépiter dans l’obscurité.
Il retourna Brett du bout de ça botte, et retira d’un geste sec son épée qu’il essuya avec ça cape, elle laissa une ligne, une ligne parallèle aux autres déjà présente, une ligne parallèle à une centaine d’autre !;
Brett resta immobile, il était mort. Mort.
Ces yeux sans vie regardaient les cieux.
Nilianne était étendue, terrassé, incapable de bouger, penser. Juste de contempler la scène morbide dont elle était un acteur.
Alors que l’homme levait le bras pour remettre son épée au fourreau, Nilianne vit nettement, son bras découvert, couvert d’un poils dru, qui se résorbait.
Alors Averruncus tourna enfin son visage vers Nilianne.
Une lueur rouge était tapie, au fond de son regard, sauvage et meurtrière.
Il avança tranquillement, son pas assuré dégageait une telle puissance.

...
Nilianne par terre dans sa chambre avait les yeux secs, si secs. Toutes larmes avait quittée son corps.
Et cette nuit comme beaucoup d’autres elle retourna se coucher.
Ses draps avait refroidit, elle se rendormit d’un sommeil sans rêve, le lendemain elle aura déjà oubliée.

Dans un sous-sol Brakmarien, une vielle sorcière et un Eniripsa au visage encapuchonné discutaient, à leurs pieds gisait une jeune disciple de Féca.

Dans Astrub une jeune Féca avançait dans les rues, d’un pas pressé et assuré. Dans son sillage flottait ça caps noire avec un colle en laine de boufton, elle fendait l’air avec conviction, la conviction de la richesse nouvelle, pour une fois que Nilianne pouvait se payer une cape qui était à son gout.
Ça tête était couvert par une chapeau blanc avec une bande noir, incliné légèrement dans un effet calculé.
Elle savait ce qu’elle avait à faire.

Nilianne déposa son parchemin sur une pille plus qu’impressionnante. Mais il en fallait plus pour la décourager.
Sur celui si était écrit :
Bonjour,
Je me nomme Nilianne, je suis une humble disciple de la déesse Féca.
Au moment où ce parchemin est entre vos mains, mon cercle est sûrement de 91.
Si aujourd’hui je veux vous rejoindre ce n’est pas une idée nouvelle pour moi, ayant déjà postulé par le passé.
Et mes motivations n’ont pas changées, actuellement je cherche une guilde à laquelle j’espère apporter, et si il faut croire en Astrub, pourquoi pas ? Si il faut la défendre alors ma vie lui appartient.

(Je suis disponible tout les samedis et les dimanche et les nuits où j’arrive à piquer le pc. Mais je ne puis pas donner d’horaires à 100% sûr.
IRL Je suis un lycéen de 16 ans vivant au Mans demandant humblement à rejoindre la guilde Nouvelle Lune. Et pour le titre, j'ai vraiment rien trouvé Sad )
[ J'ai pas mis d'espaces désoler, je sais pas où les mettre à des endroits utiles Mad]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myilluis
Super meneur qu'on aime.
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 17/09/2011

Rôle et vie en guilde
Prénoms et nom: Myilluis
Cercle de puissance : 185
Spécialité :

MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   Sam 24 Mar - 19:30

Je ferme : Quand on veut entrer dans un groupe, une guilde, ou un clan, on tâche d'être respectueux. C'est comme IRL dans un entretien d'embauche. Quand on veut avoir un job, on y va pas en insultant le patron. Bonne continuation.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvelle-lune.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nilianne son histoire.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nilianne son histoire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Lune, guilde protectrice d'Astrub (On a des gaufres !) :: Le tabouret sception :: Candidatures refusées ou en suspens-
Sauter vers: